Biographie

Guyannais - Cap-verdien - Francais (b.1992, Paris)

Passionné depuis tout jeune par le dessin, Manuel Volmar finira par étudier dans deux des plus grandes écoles d’art de France à Paris : L’école national supérieur des arts appliqués et des métiers d’art Olivier de Serre en sortant lauréat d’une licence en graphisme, édition et publicité pour ensuite intégrer sur concours la section Master Design et environnement de l’école Dupérrè.
Encore étudiant, c’est lors d’un stage qu’il voyagera au Maroc à Marrakech pour y découvrir les métiers de l’artisanat entouré des meilleurs maîtres artisans et ceux dans l’ensemble des métiers artisanaux représenté à Marrakech au sein d’une école, le Centre de Formation et de Qualification des Métier de l’Artisanat à Marrakech, créé par le Roi M6 dans le but d’offrir au jeune marocain la chance de participer au rayonnement d’un patrimoine sauvegardé depuis des générations.
C’est au sein de cette grande famille que Manuel Volmar à peu à peu développé sa pratique autour du travail du bois et du laiton. C’erents projets.

Entre artisanat et design

Mêler le design à l’artisanat est sa préoccupation première avec comme inspiration première la nature. Penser et produire des objets témoignant du caractère précieux lié à l’artisanat sans y omettre l’aspect fonctionnel de celui-ci. L’art et le design selon lui, ne se penses qu’en relation avec la nature. Une nature qu’il veut voir dans tout les espaces, tout les objets qu’il serait amené à fabriquer. Un élan vital essentiel à nos vies qui manque à nos environnements. Des objets qui invitent à vivre une expérience. Un passage au cours duquel nos corps et nos sens seraient sollicité et appelés à ce retour aux sources, à des racines communes encore enfouies.

Entre naturel et artificiel

On ressens dans ses objets une résonance entre le monde naturel et le monde artificiel, entre l’urbanisme et le végétal. Une frontière qui s’efface, qui laisse un passage, une antre. Des cohésion et des alliances si spontanées, si induites que l’on pourrait s’imaginer dire que l’artificiel est une seconde nature. Car c’est seulement lorsque qu’il fait cohabiter nature, industrie et artisanat que ses productions ont le plus de sens à ses yeux. Inventer des écritures nouvelles régies par ces segments de nature et en particulier celle ce trouvant dans le bois. Une matière qui même à l’état brute témoigne d’une expression esthétique forte, augmentée et plus visible encore lorsqu’elle est mêler à des matériaux ou à des procédés techniques modernes.

Rester graphiste

Toujours créer des objets qui témoigneraient en réalité de ses deux savoir-faire: le graphisme et le travail de la matière. Ce désir de tout mettre en forme, comme lorsqu’il mets en page un livre s’est transmis au sein de sa façon d’appréhender ses objets.

C’est toujours entouré de ce collectif d’artisan que Manuel Volmar continuera de développer ses recherches et aura depuis maintenant 2 ans eu l’opportunité de participé à des évènement tels que le 38e Salon international de mobilier en Chine à Shanghai (2016), ou les D’Days à Paris (2016) accompagné de designer reconnu tel que Eric Gizard ou d’avoir été sélectionné pour l’espace Wild créé par François Bernard pour le salon Maison et Objet (2016).

Il à depuis à présent un an ouvert sa propre entreprise au Maroc après avoir travaillé autour de plusieurs projet de villas ou de prestigieuse enseigne comme le Royal Golf de Marrakech (2018) et depuis peu pour la Famille Royal Marocaine et plus précisément le Roi M6 (2018).

There are no secrets to success. It is the result of preparation, hard work, and learning from failure.